Le Monde de Khnoum

Ce n'est pas un hasard si Dorothée (Le Monde de Khnoum) a choisi le raku comme mode d'expression...
Les effets obtenus par cette technique, craquelures, déchirures, austérités des couleurs lui parlent au plus profond.

La longue gestation de la démarche artistique, l'urgence de son expression, les quelques secondes de fusions durant lesquelles tout se joue puis le choc thermique, brutal qui confère à l'objet une patine à la fois immédiate et millénaire sert au mieux son univers personnel.

Le raku de Dorothé est peu traditionnel, éloigné du craquelé noir et blanc ou de la couleur.
Il rejoint davantage celui du 16ème siècle japonais basé sur le travail de la matière et de couleurs sombres, qu'elle rehausse d'une touche d'or.
Elle approche de la notion de "Wabi-Sabi" qui pourrait être traduite par la faculté de s'ouvrir au monde pour ressentir la beauté des choses simples, imparfaites, spontanées, éphémères ou patinées par le temps.